Satan était un ange

Deux écorchés vifs que rien n’aurait dû réunir. Ensemble, ils vont vivre leur dernière ligne droite.

Satan-était-un-ange

Karine Giébel est l’une des reines incontestées du roman noir français

Hier encore, François était quelqu’un. Un homme respectable et respecté. Aujourd’hui, il n’est plus qu’un fugitif qui tenterait d’échapper à son assassin. En vain. Sur la route, Paul, un jeune auto-stoppeur de 20 ans. François s’arrête. « Vous allez où ? » demande-t-il. « Je ne sais pas. Et vous ? » « Je ne sais pas non plus. »

Que cache ce mystérieux jeune homme ? Aucune importance pour François qui a désormais un compagnon de route. Malgré les blessures de l’un et les secrets de l’autre, malgré la mort et la violence, ces deux écorchés vifs vont miraculeusement s’apprivoiser et vivre un voyage qui les mènera au-delà de tout ce qu’ils avaient pu imaginer. Faire ce qu’ils n’ont jamais fait. Vivre des choses insensées. Vivre surtout… Car la mort n’est pas forcément là où l’on pense la trouver.

Karine Giébel est l’une des reines incontestées du roman noir français, notamment avec Meurtres pour rédemption. Elle a été récompensée à plusieurs reprises par de nombreux prix, en particulier pour Les Morsures de l’ombre, qui a reçu le prix Intramuros, le prix SNCF du Polar et le prix Derrière les murs. Elle est également deux fois lauréate du Prix Marseillais du Polar. Ses livres sont traduits dans huit pays et pour certains en cours d’adaptation audiovisuelle. Satan était un ange est son huitième roman.

Le mot de l’éditeur

Satan était un ange réunit sous nos yeux les trajectoires improbables de deux hommes en bout de course, pour un cocktail de noirceur à en frissonner jusqu’à la dernière page…

Une nouvelle démonstration du talent insolent de la reine du polar

Auteur : Karine Giébel

336 : pages

Format : 140×225

Prix : 18.90 €

Editions Fleuve noir