Le réchauffement climatique et le vin…

Le réchauffement climatique est susceptible de faire évoluer les usages de l’agriculture en général et de la viticulture en particulier

serines-galopines1

C’est le cas de quatre amis passionnés de viticulture, qui ont osé cultiver dans le Beaujolais deux cépages du Sud, la syrah et le viognier. Pari gagné !

Les Serines et Les Galopines défient le siècle et séduisent les palais

Les hommes sont contraints de s’serines-galopines2adapter aux changements qu’ils provoquent et subissent. Certains relèvent le défi, guidés par l’audace et un esprit positif.
Jean-Marc Lafont et ses amis ont osé cultiver dans le Beaujolais deux cépages du Sud, la syrah et le viognier. Pari gagné !
Le Domaine de Bel-Air, dirigé par Jean-Marc Lafont, a donné naissance en 2011 à deux vins originaux, nobles et gourmands : Les Serines (rouge) et Les Galopines (blanc). Une aventure partagée, qui trace superbement son sillon…

serines-galopines3

Les Serines et Les Galopines, des noms malicieux qui portent le bouquet de vins rouge et blanc d’exception : délicieux arômes de fruits rouges et noirs, avec une fine note minérale pour le premier, et arômes citronnés, de poire et de jasmin, avec une touche de noisette en finale pour le second.

erines-galopines4
Jean-Marc Lafont,
sa femme Annick et
leur équipe écrivent
l’histoire du Domaine
depuis 1986.

Deux migrants climatiques bien intégrés dans leur nouveau terroir, qui doivent leur nom au parler populaire de leur lieu d’origine, car dans le sud de la vallée du Rhône, on vendangeait les « serines », c’est-à-dire la syrah, et les « galopines », autrement dit le viognier. Ces vins sont cultivés et élevés sur le Domaine de Bel-Air, qui domine Beaujeu, capitale du Beaujolais.

Son amour de la vigne et de la terre a conduit Jean-Marc Lafont à adopter en 1992 la culture raisonnée, plus respectueuse de l’environnement. Il agrandit son vignoble, à la recherche des plus beaux terroirs, et l’enrichit des meilleurs crus du Beaujolais. Puis il décide, avec trois fidèles compagnons, d’innover en adaptant deux cépages venus du Sud…

Une belle histoire d’amitiéserines-galopines5

Les quatre amis ne se sont pas lancés par hasard dans cette expérience audacieuse. Tout commence par la rencontre d’un viticulteur expérimenté, Jean-Marc Lafont, avec les théories du professeur Hans Schultz (directeur de l’université de Geisenheim en Allemagne) exposées lors d’un colloque sur le climat organisé en 2008 en Suisse.
L’analyse et la modélisation des incidences du réchauffement climatique en viticulture, développées par l’intervenant qui prédit une remontée des cépages de 50 à 100 km en moyenne vers le Nord d’ici à 2050, donna à Jean-Marc Lafont de nouvelles idées à planter. Ainsi, le constat répété de vendanges qui débutent quinze jours plus tôt lui fait envisager un bouleversement dans les habitudes locales. Ses trois compagnons, Kristian Van de Cauter, Rodolphe Dourthe et Olivier Colletta sont enthousiasmés par le projet, et décident avec lui de tenter l’aventure. Tous les quatre s’associent pour acquérir une nouvelle parcelle afin d’y cultiver sur 1,4 ha les cépages syrah (rouge) et viognier (blanc) qui, traditionnellement, fructifient 200 km plus bas, dans la vallée du Rhône septentrionale.

serines-galopines6

Les coteaux de Bel-Air, en vallée de l’Ardières, sont constitués de schistes et de granits exposés plein Sud. Ils se prêtent donc à l’expérience.

« Nous portons sur le réchauffement climatique un regard optimiste, ce qui nous permet de proposer des vins originaux de grande qualité »

Jean-Marc Lafont.

Vendangés pour la première fois en 2011, Les Serines et Les Galopines sont mis en bouteille l’année suivante, et l’expérience est saluée par les quatre amis lors de la dégustation : un superbe millésime, élégant et subtil.Ceux-ci se retrouvent lors de la dégustation de chaque cuvée, échangent tout au long de l’année, car chacun a son métier. Mais Jean-Marc Lafont sait qu’il peut compter sur la solidarité de Kristian, Rodolphe et Olivier, ses meilleurs ambassadeurs pour élargir le réseau des amateurs et connaisseurs de bons vins. Au début de cette aventure vinicole, ils ont participé au financement et élaboré ensemble la stratégie du projet. Une culture durable qui va de pair avec l’amitié…

Deux vins de haute expression

Les Serines (syrah) et Les Galopines (viognier), classés Indication Géographique Protégée (IGP), attendent leur 6e vendange pour septembre prochain.

serines-galopines7

Comme les autres cépages de la propriété, les grappes sont récoltées manuellement à un stade de maturité maximale. La syrah est élevée pendant un an en fûts de chêne contre quatre à six mois pour le viognier.

« L’élevage en fûts de chêne ne doit pas excéder ces durées afin que le vin conserve son identité et ne soit pas trop boisé »

 Jean-Marc Lafont.

D’année en année, la minéralité des sols granitiques des coteaux de Bel-Air se diffuse dans les vignes et apporte des notes de terroir plus marquées.
Construits pour être de vrais vins de garde, Les Serines et Les Galopines offrent une matière qui permet une belle capacité de vieillissement. Ainsi, on attendra de cinq à dix ans pour qu’ils soient prêts à boire. Le Domaine de Bel-Air distribuera à la fin de l’année les cuvées 2013, et il faudra patienter jusqu’à fin 2017 pour les vins mis en bouteille en 2014.

Un esprit convivial et généreuxserines-galopines8

 

La production du Domaine de Bel-air se nourrit à la fois des savoir-faire, de l’expérience de terrain et d’un état d’esprit. Le vin, n’est-ce pas avant tout une affaire de convivialité et de générosité ?
Jean-Marc Lafont, ses amis et son équipe partagent ces valeurs et les propagent autour d’eux.

 

serines-galopines9serines-galopines10
Les rendements de syrah et de viognier sont maîtrisés, soit de 25 à 35 hectolitres/ha pour le premier et de 25 à 30 hectolitres/ha pour le second. Chaque année, 4 000 à 5 000 l de Serines et1 200 à 1 500 l de Galopines sont mis en bouteille. En fins connaisseurs, les trois amis ambassadeurs font jouer leurs réseaux de relations pour diffuser ces vins de haute expression auprès d’une clientèle de plus en plus nombreuse. Celle-ci est composée de particuliers, français, belges et italiens pour la plupart. Une chose est sûre : relevant le défi climatique, Les Serines et Les Galopines galopent de concert, et sereinement, vers la célébrité !

www.dombelair.com

Carrechic.com-a-testé-pour-vous

A consommer avec modération, l’abus d’alcool est dangereux pour la santé.